sejour-autriche

Autriche : Les fêtes et coutumes Autriche

Guide Autriche : Agenda des fêtes

Les Autrichiens évoquent avec fierté les fêtes et coutumes religieuses ou païennes qui rythment l'année.

Les bals

La grande saison a lieu durant les trois premiers mois de l'année dans tout le pays, et bien sûr à Vienne. Le plus prestigieux est le bal de l'Opéra, grand rendez-vous de la haute société viennoise qui perpétue la tradition des bals de la Cour. Celui des Enfants, pour lequel on se déguise en Mozart, ne manque pas de charme. Il est également de tradition que toutes les corporations professionnelles organisent leur bal : les boulangers, les pompiers, les gendarmes...

Le carnaval

C'est au mois de février que se déroule la saison des carnavals, appelée « Fasching » dans les pays germaniques, et qui met tout le pays en liesse. Par des danses, des défilés masqués, on met fin à l'hiver, on chasse les mauvais esprits et on annonce le printemps et la fertilité des sols. Se distinguent les fêtes rurales, avec costumes et coiffes traditionnels - Imst (Tyrol), Bad Aussee (Styrie) - et les carnavals citadins, plus récents et parfois mondains, notamment à Vienne et dans les villes moyennes du pays.

Les fêtes de Noël

Noël est une très grande fête de famille. On nomme Avent(Adventzeit) la période de quatre semaines le précédant. Les marchés de Noël (Christkindlmarkt) sont installés partout dans le pays, répandant leurs odeurs de vin chaud à la cannelle : on y achète des couronnes de l'Avent ornées de quatre bougies que l'on allume chacun des dimanches précédant Noël, des décorations pour le sapin (dans les familles, il ne sera décoré que l'après-midi du 24 décembre, en l'absence des petits). La province de Salzbourg est particulièrement réputée pour ses belles expositions de crèches. Pour le réveillon de Noël, les Autrichiens préfèrent la traditionnelle carpe à un repas pantagruélique.
A la campagne, les portes sont marquées à la craie des lettres C, M et B, pour Caspar, Melchior et Balthasar, les rois mages dont elles symbolisent l'arrivée, le 6 janvier. Dans certaines localités, on assiste encore à des processions des trois confrères accompagnées de cantiques de Noël.
Pour le Nouvel An, on a coutume de remettre à ses proches et ses amis de petits porte-bonheur en bois, en plastique, en sucre ou en chocolat. Le favori est le petit cochon portant un trèfle, mais on trouve aussi des ramoneurs, des fers à cheval...

Les autres fêtes

A la mi-septembre, le retour des alpages est l'occasion d'une grande fête qui rassemble les habitants du village et leurs vaches parées de décorations. En Styrie, à la même époque, on honore les vendanges.

Saint Nicolas et Krampus

Le saint le plus populaire d'Autriche est saint Nicolas - Nikolo ou Santaklos, comme on l'appelle ici. Evêque de Myre en Asie Mineure au début du IVe siècle, il aurait ressuscité trois petits garçons dévorés par un ogre. Il est ainsi devenu le protecteur des enfants. La coutume veut que, le 5 décembre, il aille, coiffé de sa mitre et portant la crosse épiscopale, de maison en maison pour leur rendre visite. Il est accompagné de Krampus, créature inquiétante recouverte d'une peau de bête et portant un masque de diable surmonté de cornes. Saint Nicolas distribue aux enfants sages pommes et noix, et Krampus est présent pour punir les autres. Cette fête donne lieu à des défilés et saint Nicolas et Krampus font le bonheur des commerçants qui en décorent leurs vitrines.

Les costumes régionaux

Dans certaines provinces - le Tyrol, la région de Salzbourg, la Styrie, la Carinthie -, les Autrichiens peuvent porter quotidiennement leurs costumes, qui présentent des variantes d'une région, voire d'une vallée, à l'autre. C'est une manière de montrer leur attachement à leur terroir.
Le costume féminin, appelé « Dirndlkleid », comprend un chemisier blanc recouvert d'un boléro moulant lacé ou boutonné, une jupe longue et large en tissu imprimé et, sur le devant, un petit tablier, le « Dirndl », partie la plus typique de l'habit. Il peut être complété par un châle en soie que l'on noue sur les épaules.
Le costume masculin est généralement constitué d'une veste courte de lainage épais et d'un pantalon court retenu par des bretelles et serré au genou par des cordons. Celui du Tyrolien comporte un gilet rouge complété d'une veste en laine, une culotte de peau noire dotée de bretelles, des chaussures à clous et un chapeau en feutre gris orné d'une plume.

En cliquant sur "je m'inscris", j'accepte de recevoir les offres de Promovacances et de ses partenaires

X Fermer