sejour-malaisie

Guide de la population malaisienne

Les 25 millions d'habitants de la Fédération de Malaisie sont répartis de manière inégale sur le territoire. La densité reste très faible, voire nulle, dans la zone centrale de la péninsule et dans les parties retirées des territoires de Bornéo, peu propices à l'habitat humain. Les grandes villes attirent de plus en plus de Malaisiens, même si près de la moitié de la population vit toujours en zone rurale.

Communautarisme et identité nationale

Majoritaires, les Malais représentent plus de 55 % de la population.
Comme leurs concitoyens d'origine aborigène, ils font partie de la classe des Bumiputra, « fils du sol », et bénéficient à ce titre de privilèges économiques et politiques. Les Chinois, originaires pour la plupart des provinces méridionales de l'empire du Milieu, et les Indiens, majoritairement tamouls, constituent respectivement 26 % et 8 % des Malaisiens. Après les émeutes interethniques de 1969, les autorités ont tout mis en oeuvre pour construire une société multiculturelle respectueuse des origines et des traditions de chacun. Aujourd'hui, l'appartenance communautaire demeure fortement ancrée dans les mentalités, mais une identité malaisienne, cristallisée autour de la réussite économique du pays, voit peu à peu le jour. Les Malaisiens sont très fiers de leur pays et considèrent leur société comme un exemple de tolérance et de respect.

Populations aborigènes

Descendants des premiers habitants de la péninsule, les Orang Asli sont encore plusieurs dizaines de milliers. Certains se fondent dans la société moderne mais un petit nombre d'entre eux habite toujours dans des huttes en bambou au milieu de la jungle, terre sacrée de leurs ancêtres, dont ils dépendent en grande partie pour leur survie. En Malaisie orientale, les aborigènes sont connus sous le nom de Dayak.
Plus de deux cents tribus ont été recensées dans les deux Etats du nord de Bornéo. Au Sarawak, les Iban et les Bidayu, anciens chasseurs de têtes, sont plusieurs centaines de milliers. Ils vivent toujours dans des maisons longues, généralement situées au bord des rivières. Au Sabah, les Kadazan, traditionnellement agriculteurs, représentent 25 % de la population. La modernité et surtout le déboisement ont profondément modifié le mode de vie traditionnel de ces populations.

En cliquant sur "je m'inscris", j'accepte de recevoir les offres de Promovacances et de ses partenaires

X Fermer