sejour-baleares

Baléares : agenda culturel, événements et traditions

Quelles sont les fêtes et traditions célébrées aux Baléares ?

Cavalcades, fêtes religieuses, commémorations festives des reconquêtes : les voyages aux Baléares ont de la mémoire !
A Minorque, Ciutadella perpétue, dans la fête de la Saint-Jean, une tradition équestre qui remonte au XIVe siècle, empruntée aux joutes des chevaliers de l'ordre de Malte. Les castes et corporations de la ville s'affrontent en rivalisant d'adresse. Pendant trois jours les cavaliers en cortège arpentent la ville, jusque dans les patios, pour se mesurer les uns aux autres à Es Pla, le 24 juin. Un tournoi spectaculaire qui s'achève en véritable fête? arrosée de gin.
A Majorque, la semaine sainte de Palma réunit 4 000 pénitents dans une impressionnante procession. La fin de l'année est marquée par la fête nationale : la fête de l'Etendard, le 31 décembre, qui commémore l'arrivée de Jacques Ier. D'autres célébrations, comme « Moros y Cristianos », qui, le 2e dimanche de mai, illustre à Soller et à Pollença la reconquête des chrétiens sur les Maures, ou encore le premier lundi de mai la victoire des femmes sur les pirates turcs, en 1561.
Plus conviviales et moins rancunières sont les grandes veillées avec feux de joie et grillades lors de la « revelta de San Antoni », à Arta, Manacor, Pollença, Sa Pobla? les 16 et 17 janvier.
Les fêtes à Ibiza ? Est-ce parce qu'elle est devenue à certains égards la plus grande discothèque du monde que l'île semble moins encline aux fêtes patronales ? On pourra néanmoins se joindre aux liesses du carnaval d'Ibiza, en février, et aux fêtes de Santa Eulalia del Rio, le premier dimanche de mai.


Agenda culturel et événements aux Baléares :

Pour les aficionados et les néophytes curieux, les fêtes à ne pas manquer :
A Majorque
5 et 6 janvier : défilé des Rois mages, épiphanie
Du 1er au 10 février : carnaval de Palma ; on sort les géants de la ville et les chars défilent sur le paseo maritimo (la croisette palmesane)
1er mars : Fête de la Communauté autonome
19 mars : Saint-Joseph (San José)
Mars-avril : la vie s'arrête du mercredi saint au dimanche, mais le lundi de Pâques tout est ouvert. La descente de la Croix (devallament) à Santa Ponça et Sineu : descente du calvaire au flambeau
12 avril : Jeudi Saint
1er mai : fête du Travail
29 juin : Saint-Pierre et Saint-Paul
25 juillet : Saint-Jacques
15 août : Assomption
15 septembre : Ntra Sra de la Bien Aparecida
12 octobre : jour de l'Hispanité (découverte de l'Amérique par Christophe Colomb, que la légende voudrait Majorquin?)
1er novembre : Toussaint
6 décembre : fête de la Constitution
8 décembre : Immaculée Conception
A Minorque
17 janvier : fête de la Reconquête de l'île par Alfonse III
24 et 25 juillet : de San Jaume à Es Castell
1re quinzaine d'août : à Alaior fête de San Llorenc, défilé de géants et de grosses têtes.
A Ibiza
16 juillet : processions maritimes dédiées à Nuestra Senora del Carmen, à Eivissa et Es Cubells
du 4 au 8 août : à Eivissa, commémoration de la Reconquête de l'île par les chrétiens sous la protection de Nuestra Senora de la Nieves.

Démons et patrons aux Baléares

Les superstitions ont longtemps survécu aux Baléares ; tant et si bien qu'aujourd'hui encore chaque village a son patron, prétexte à une fête qui lui est dédiée, et son démon. Privilège remontant à la nuit des temps, le démon du village est l'un des habitants et son pouvoir se transmet de père en fils. Résurgence d'un paganisme lointain ?

Chants et danses folkloriques aux Baléares

Quand la tradition se transmet oralement depuis toujours, ses traces restent fortes et visibles.
Ainsi, pourra-t-on admirer les danses et écouter les chants traditionnels qui révèlent une gaieté et une profondeur insulaires attachantes. Des neuf rondes, danse nuptiale espiègle et bon enfant, aux ballades de montagnes, qui semblent très parentes des chansons du Moyen Age, subsistent toujours des territoires inconnus à explorer.
Accompagnés le plus souvent à la guitare et au violon le cossiers d'Alaro, le cavallets de Felanitx, la mateixa de Marratxi, le copeo de Sineu semblent dériver de la jota, du fandango et du bolero, importés d'Aragon et de Catalogne.
Gestes symboliques tirés parfois de la vie quotidienne, danses séductrices révélant les rapports complices et codifiés entre l'homme et la femme, les danses des Baléares sont allègres, furtives, latines et espiègles.
Plus profonds sont les chants populaires, qui perpétuent une tradition orale que l'on retrouve dans nombre d'îles de la Méditerranée.
Des mélodies simples, des textes, parfois improvisés, exprimant le quotidien, tout un univers cru et sincère se développe dans cette poésie populaire, prouvant, si nécessaire, combien le plus accaparant des tourismes n'a pu influencer l'identité des îliens.

En cliquant sur "je m'inscris", j'accepte de recevoir les offres de Promovacances et de ses partenaires

X Fermer